Aire de jeux Mur de soutenement 1 2

Definition de l’assainissement non collectif par "micro-station"

Les micro-stations d’épuration sont désormais une solution reconnue pour le traitement des eaux usées domestiques, grâce à leurs très bonnes performances épuratoires. Véritable alternative écologique à la traditionnelle fosse septique ou fosse toutes eaux, elles fonctionnent selon le même principe qu’une station d’épuration urbaine, grâce à un procédé dit « à boue activée ».

PRINCIPE DU TRAITEMENT BIOLOGIQUE

Le traitement biologique dit « à boues activées » utilise les micro-organismes ou bactéries naturellement présents dans l’eau pour transformer et dégrader les matières organiques. Moins dangereux pour l’homme et la nature, que les procès nécessitant l’adjonction de produits chimiques, il permet de rejeter les eaux traitées directement dans le milieu naturel ou de réutiliser l’eau en irrigation souterraine pour le jardin.
« Différents types d’effluents sont rejetés par une habitation : on appelle eaux grises, les eaux provenant des lavabos, lave-linge, douche, etc. et eaux vannes, les eaux rejetées par les toilettes, ces dernières sont responsables à elles seules de 60% de la pollution à traiter. Ces eaux usées contiennent des matières organiques, azotées et phosphorées, des micro-organismes pathogènes et des matières en suspension pouvant provoquer maladies, pollution organique et eutrophisation. Leur traitement permet donc d’éliminer ces risques et de sauvegarder les milieux naturels. »


PHASES DE TRAITEMENT

 

1. La décantation :
Séparation des matières en suspension, permettant de piéger au fond de la cuve les matières les plus lourdes, et de faire remonter en surface les plus légères. L’eau décantée est ensuite redirigée vers le bassin de réaction.

2. Le bassin de réaction :
Dans ce bassin, les boues activées en suspension vont effectuer un 1er traitement d’épuration. En créant de manière séquentielle des périodes aérobie– où l’on apporte de l’oxygène – et des périodes d’anoxie – où l’on prive les bactéries d’oxygène ; elles vont successivement digérer les matières organiques puis réduire les nitrates et les nitrites.

3. La décantation secondaire :
Les boues secondaires constituées essentiellement de particules minéralisées décantent dans le décanteur secondaire statique.

AVANTAGES DES MICRO-STATIONS

Ces procédés de traitement à boues activées sont écologiques dans la mesure où ils n’utilisent aucun produit chimique pour traiter les eaux usées. La consommation électrique du boitier de contrôle et de programmation (armoire électrique améliorée) est très faible, n’envoyant que des ordres de mise en route et d’arrêt d’injection d’air lors des différentes phases de traitement aérobie et anoxie.
La surface au sol d’une micro-station est d’environ 5m², et ne nécessite pas d’épandage souterrain (sauf cas particuliers), elles sont donc adaptées aux petits terrains même avec du dénivelé.
Généralement la fréquence de vidange des boues est moins élevée que pour une fosse septique, cela dépend bien sûr de l’utilisation et du nombre d’occupants de la maison. De même, comme elle ne nécessite pas de ventilation secondaire, elle ne dégage pas d’odeurs.

INCONVENIENTS DES MICRO-STATIONS

Ce traitement faisant appel à un processus naturel d’épuration des eaux, grâce aux bactéries existantes dans l’eau, à besoin d’un apport régulier de « nourriture » pour permettre aux bactéries de continuer leur développement et donc le traitement des eaux. Ainsi après une absence prolongée de plus d’un mois, il faudra réactiver les bactéries de la station, afin qu’elle puisse reprendre leur processus de digestion et donc de traitement.
Comme pour une fosse septique, les micro-stations ne peuvent pas recevoir d’eau pluviale, car celles-ci contiennent de nombreux polluants, comme des métaux lourds.
 

BEAURAINVILLE - Tél.: 03 21 86 97 51 - FAX : 03 21 90 46 45 - Site réalisé par IP7V